main

UNE MAIN, poésie de VikThor

UNE MAIN

 

Une main c'est si peu

quand elle est solitaire

mais le mal elle peut

quand elle est en colère.

 

Elle lance la pierre

à ceux qu'elle a jugés

répudiant l'adultère

qu'elle va lapider.

 

Elle montre du doigt 

tous ceux qu'elle rejette

créant le désarroi

elle réduit en miettes.

 

Elle sème l'effroi

quand elle tient la lame

au nom de quelle foi

elle cause ces drames.

 

Et quand elle est de fer

dans un gant de velours

elle répand l'enfer

dans tous les alentours.

 

Une main c'est très peu

lorsqu'elle est solitaire

mais le bien elle peut

lorsqu'elle est solidaire.

 

Elle vient se fermer

sur celle d'un enfant

c'est pour l'accompagner

dans son cheminement.

 

Elle serre cinq doigts

au nom de l'amitié

quand on est aux abois

elle est là pour aider.

 

Alors elle se tend

vers celui qui a faim

offrir un peu d'argent

mais surtout son soutien.

 

Elle va se donner

à celui qui, à terre,

ne peut se relever

de sa grande misère.

 

Une main c'est bien peu

si elle est solitaire

mais l'amour elle peut

si elle fait la paire.

 

Se joindre pour prier

et chanter le credo

d'une terre purifiée

applaudie en écho.

 

Pianotant sur la peau

des doigts entreprenants

se jouent un concerto

en caresses d'amants.

 

Deux mains sont en offrande

pour s'offrir en partage

à un cœur qui transcende

son amour sans nuages.

 

Deux mains pour ce poème

un peu désabusé

dédié à ceux qui s'aiment 

jusqu'à l'éternité.

 

VIKTHOR © Une main

 

Une main