lulla

J'écris la nuit : Poème de Lulla Bell

J'ECRIS LA NUITJ ecris la nuit

J'écris la nuit

Quand les volets sont clos

Et que tout contre moi

Le cœur de mon amour bat

Je rêve à demi-mots

Pendant que vous dormez

Dans la chaleur du lit

Les idées dans ma tête

S'éparpillent en miettes

Il en sort de partout

Des mots durs des mots doux

Des plaintes et des cris

De joie de larmes aussi

 

J'écris la nuit

Quand la lumière éteinte

Ravive le silence

Et fait pleurer l'ennui

Après l'ultime étreinte

Une dernière danse

Les mots deviennent feu

Me font mal au milieu

Je creuse le papier

De ma plume d'acier

Et l'encre bleue déverse

Des mots à la renverse

Qui m'éclatent aux yeux

 

J'écris la nuit

Quand l’étoile du Nord

Vous montre le chemin

Je rode encore

Au clair de mes matins

Et je parle d'aurore

De voyages sans fin

Je vacille au bord

D'un volcan éteint

Et je couds mes idées

Chirurgien ou poète

Après avoir brodé

Mon histoire muette

 

Le nuit

Quand les volets sont clos

Je remplis de mes maux

Les pages de mes nuits blanches.

 

 

Lulla Bell  

©

 
 
 

"Te souviens-tu" de Lulla Bell

Te souviens-tu ?

Te souviens-tu

A L'heure des regretsPortrait enfant Lulla Bell

Ma chère soeur

De ces nuits

Où tu nous racontais

Avec douceur

Tous ces mensonges

Sur un ailleurs peuplé

De magiciens

Tu travaillais

A apaiser nos songes

Qu'il est loin

Le temps des trous dans la banquise

Des lutins préparant les surprises

Du Père Noël dans son igloo

Nos vies ont bu la tasse

Et glou, et glou

Tout passe...

 

Te souviens-tu

De nos instants craintifs

Quand pour un mot

Un rire festif

Ensemble on s'enfermait

On tremblait

Par peur de la colère

Et des coups paternels

On guettait

Tu rassurais

Et tu calmais nos craintes

C'est loin

Le temps des coussins sous les fringues

Des astuces pour passer à travers

La chaussure, le ceinturon pervers

Nos vies ont fait la bringue

Et glou, et glou,

Tout passe...

 

Te souviens-tu

A l'heure des regrets

Ma chère soeur

De ces nuits

Où tant tu nous mentais

Avec langueur

Tous ces mots inventés

Pour longtemps nous bercer

Mots avortés

Comme morts-nés

Souvent je songe

Ce serait bien

Un monde de pure innocence

Un moment comme un pas de danse

Suspendu dans l'éternité

Pour nos vieux yeux émerveiller

Nos vies ont tant trinqué

Et glou, et glou

Tout passe

Tout s'efface.

 

Lulla Bell

25/06/2015

©