Et la vie me hurle aux oreilles La douleur me tord les entrailles La musique crie chez les voisins Et...

  • Par lullabell
  • Le 20/07/2014
  • Commentaires (4)

Et la vie me hurle aux oreilles
La douleur me tord les entrailles
La musique crie chez les voisins
Et moi j'ai les yeux dans les mains
Et mes larmes comme un fleuve taille
Sur mon visage des chemins
La vie nous marque comme du bétail
C'était une journée de chien..

Aujourd'hui mes mots sont comme des plaies
Alors j'ai suturé ma bouche pour ne pas qu'ils abîment
Tous ceux qu'ils pourraient toucher...

Ici le silence est cri
Le bruit rassure
On bouffe des pilules
Entre le clair et l'obscur...
J'écris là
Je cherche la strophe efficace
Pour casser la masse de maux qui encrassent
Mon espace vital
Je m'étale un instant sur mes potes
J'attends leurs nouvelles
Mais le facteur n'est jamais à ma porte
Je bloque et plaque mes yeux sur la pendule
Comme pendu avec l'impression que le temps recule...

Mais mon corps sans ses mains
Et la tendresse sans les gestes...
Je suis comme un volcan éteint...

Et la vie me hurle aux oreilles
La douleur me tord les entrailles
La musique crie chez les voisins
Et...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (4)

lulla bell
  • 1. lulla bell | 01/09/2014
Merci Christian bisous
christian bailly
  • 2. christian bailly (site web) | 31/08/2014
je te le souhaite de tout coeur ! Bisous !
lulla bell
  • 3. lulla bell | 31/08/2014
Merci Christian pour ton com.... le volcan éteint se reveillera mais j'espère dans un cri de bonheur...... bisous
christian bailly
  • 4. christian bailly (site web) | 31/08/2014
"Je suis comme un volcan éteint..."...qui ne demande qu'à se réveiller j'espère !
un superbe cri de douleur que j'ai bien entendu

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau