Sortie du tome 3 de Clavim Cedo

Jean-Paul Cardeilhac Bonjour à toutes et à tous, Belle journée ! Bonne nouvelle ! Le tome 3 de Clavim Cedo est disponible sur le site de l’éditeur : http://www.lapierrephilosophale.com/livres-clavim-cedo-tome… Merci à Serge Goasguen et aux Editions La Pierre Philosophale. Permettez-moi un rappel : Il s'agit d'un roman d'aventure, d'un conte fantastique et philosophique et d'une épopée chevaleresque. Les 3 premiers tomes (parus) décrivent le monde tel qu'il est. Le 4ème tome de cette saga décrira le monde tel qu'il devrait être. . les tomes 1, 2 et 3 forment une trilogie. Ils dépeignent le monde tel qu’il est. . le tome 4 est à part. Il décrit le monde tel qu’il devrait être. Comme Origène (et grâce à une méthode symbolique qui lui était chère) j’ai voulu passer de la lettre à l’esprit. Aussi, à chaque tome correspond un des quatre sens de l’écriture énoncé par ce métaphysicien : littéral, allégorique, moral, anagogique. Vous les retrouverez en écho dans la description du Pardes faite dans le « Troisième Monde » [½ tome 2 + tome 3 - NB : référence également à l’acronyme PRDS]. Le 4ème tome traite de l’anagogie : recherche métaphysique du sens caché, visible à la fin des temps et concernant l’avenir unificateur. Revenons au tome 3. Comme les autres, j’y fais appel à des extraits de textes d’auteurs souvent illustres. Il est également bâti comme un scénario, faisant référence aux travaux de Michel Chion. Enfin, j’y décris les 31 fonctions définies par l’exégète du conte, Vladimir Propp. Nous y trouvons quatre niveaux de lecture : . l’aventure, le romanesque, la fantasy : diplomatie, batailles, échauffourée, coups de main, coups de feu, hommes de main, plusieurs rencontres amoureuses dont une particulièrement sulfureuse, magie, illusion, manipulations, intrigues, traîtrise. . le conte, l’apologue : demande d’aide auprès de plusieurs auteurs avec une préférence pour l’œuvre remarquable de Johann von Goethe, « Le Serpent Vert ». Ici, le conte philosophique recevra l’aide du symbolisme et de l’alchimie spéculative. . l’interprétation de l’histoire de l’humanité exposée sous forme de chronique et l’analyse d’une problématique sociétale. Nous assisterons à la gestion de situations conflictuelles, d’antagonismes et d’affrontements générés par des gouvernants davantage soucieux de leurs intérêts et de leur devenir que de ceux des peuples dont ils ont « la charge ». Sur la planète Hélodioon, nous visiterons le temple de Karnak, des déserts ardents et arides, des cités opulentes et fières, des forêts épaisses et luxuriantes. Nous marcherons sur les sables rouges de rivages lointains avant de plonger dans des mers chaudes madréporiques. La ville de Fidéicommis ressemble à celle de Grenade et l’île volante, à celle décrite dans le roman de Jonathan Swift. . la découverte de la réalité derrière le monde des apparences (Isis et la lame II du Tarot). Clavim Cedo est aussi un récit exigeant une autre lecture. En effet, les tomes 1, 2 et 3 suivent la construction identitaire du personnage principal : . Tome 1 : une légende précise que la fossette (philtrum) que nous possédons à la base du nez correspond à la marque faite par le doigt de l’ange qui nous accompagne. Cette marque (liée à la notion de silence) nous rappelle que, durant toute notre existence, nous n’aurons plus accès à l’expérience acquise durant nos vies antérieures. A la naissance, il nous faut donc tout reprendre à zéro. La première partie de la vie d’un être humain est un long apprentissage plus ou moins douloureux, qu’il soit puissant ou misérable, éduqué ou fruste, philanthrope ou égotique, né en région arable ou désertique. Fortunés sont ceux qui parcourent un chemin dépourvu d’ornières. Le commun des mortels n’a pas cette chance. Il doit se confronter quotidiennement aux affres de l’injustice, de la guerre, de la « violence ordinaire », de l’obscurantisme, de la pauvreté, de l’exploitation de l’homme par l’homme, des aléas climatiques. Partons du principe que dans l’existence, rien n’est joué d’avance. Faisant fi du jeu social, de l’inaction des castes, du poids excessif des traditions, des groupes de pression, des préjugés et des fausses certitudes, l’être humain peut suivre son chemin jusqu’au jour où il aura dépassé ces pièges et ces pesanteurs. Ce jour-là, libre, exempt de cécité et de surdité, n’ayant jamais désespéré de l’âme humaine, il ne se retournera pas sur son passé. Par contre, il répondra à la question : quel est le sens de mon existence ? Il apprendra aussi que son destin individuel fait partie d’un Tout. . Tome 2 : mais la lumière redonnée ne sera point don gratuit. « Redonnée » parce que l’on peut désormais parler de renaissance. L’initié doit trouver des outils pour œuvrer avec intelligence dans sa nouvelle existence. L’humilité et la curiosité étant deux de ses qualités, il découvrira qu’en la matière tout a été dit et écrit. Ne pouvant passer son temps à lire ou à réfléchir sur la meilleure façon d’agir, il cherchera les outils spéculatifs qui conviendront à son caractère. Pour ce faire, il évitera toute pensée dogmatique. Dans ce conte, la philosophie Zoroastrienne, la pensée gnostique, le Code de la Chevalerie, une approche alchimique, la doctrine stoïcienne ainsi que le contenu de certains textes sacrés moyen-orientaux ou orientaux ont servi de terreau au travail d’analyse sociétale effectué par le personnage principal, examen critique nécessitant une remise en cause urgente de la perception de son frère, de la nature et du Cosmos. Réfléchir est une chose ; agir, une seconde ; réussir dans son entreprise, une troisième. Son œuvre ne se situera pas dans un temps quotidien, mais bien dans des temps et espaces sacrés où se situent toute naissance et toute origine. Chemin faisant, l’initié se heurtera au fou qui rira puis au privilégié qui voudra sa perte ! Ceci précisé, il se méfiera des apparences. . Tome 3 : Et voici que notre homme a mûri et évolué dans le choix de ses expériences et celui de ses raisonnements. Il s’est forgé une conscience à portée universelle. Et même si sa personnalité le dessert parfois, il relance toujours son talent pour construire le présent ou le futur et non pour les contraindre. Pour un être humain, le choix n’est point aisé ! Son guide reste la Voie Lactée dont il devine la présence envoûtante. Enrichi de mille expériences, images et aventures, dans le désir constant de libérer ses énergies positives, il réfléchit souvent sur les conséquences de ses actes, tous issus de la pratique conjointe de la sagesse, de la justice et de la compassion. Il bâtit sa vie, s’implique sans fléchir dans sa quête, tout en se détachant de la matière, du pouvoir et du faux savoir. Certes, il n’ose peut-être pas encore franchir le pont jeté entre son destin individuel et l’Ordre Universel, mais sa générosité l’éloigne peu à peu de l’ignorance et de l’indifférence. Il a choisi son camp ! Bonne lecture… et voici que surgit l’ombre portée du tome 4 ! Amitiés, Jean-Paul

FRANCE

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau